Paské vers Thakhek

Date: 2014-03-22 Tags: Laos

Ce matin, direction Thakhek, à 360 kms au nord de Paksé.

J’avais réservé le bus chez Hasan, le resto indien juste à côté de la guest house Sabaidi 2.

Un tuk tuk m’y attend à 8h, le bus démarre en principe à 8h30. A l’arrêt de bus (c’est un bien grand mot, une cabane au bord de la route, sans panneau), je rencontre Lin de Taïwan, elle prend la même direction que moi.

A bord du bus, je lui explique que je souhaite faire le tour des Kammouanes, mais que je cherche un partenaire de voyage, étant donné les risques à voyager seul sur 450 kms… Elle souhaite également faire le même mais ne voulait pas prendre de risque. Après 15 minutes, j’ai donc trouvé une partenaire de route.

Arrivé au croisement vers Savannakhet le bus s’arrête, on accuse déjà au moins 3h de retard. On attend pendant 20 minutes à bord, et puis d’un coup ils nous disent qu’on doit descendre de toute urgence pour monter dans l’autre bus qui arrive. Ils auraient pu prévenir un peu avant, car Lin est partie, je ne la vois plus, ses affaires sont toujours à bord. Je la vois au loin, l’appelle, lui lance ses affaires par la fenêtre et 2 minutes 20 plus tard nous sommes à bord de l’autre bus qui démarre.

Là je consulte le GPS, et je vois que le bus prend la direction de Savannakhet, ce qui représente un fameux détour. On arrivera à la gare de bus de Takhek après 10 heures de voyage, au lieu des 6 annoncés (et visiblement c’est assez juste, j’ai rencontré d’autres personnes pour qui ça avait pris 6 heures). On y rencontre un allemand, Christian, qui veut aussi faire le tour des Kammouanes.

On dîne tous ensemble et puis on part à la recherche d’une chambre. Après 1h30 de recherches, on trouve enfin. Je partagerai la chambre avec Christian afin de réduire le coût, mais c'est sans compter sur son désir de trouver la chambre la moins chère de la ville, il me fera marcher des kilomètres pour économiser moins d'un euro... Au final, je prendrai à ma charge les 60.000 kips et le lendemain matin, je pars avec Lin sans le prévenir, je sentais qu'il allait rapidement devenir contraignant pour les 4 jours de voyage.